The success of the first business contact starts – Alma Mushi Coach

The success of the first business contact starts by the success of the Prospecting Process

Who loves prospecting ? Nobody ! Why Prospecting is Hated ?

When you think about how important prospecting is for many in sales, you may wonder why prospecting is not the most highly anticipated sales task. But when you think about all that must go into prospecting, you begin to understand why prospecting is both disliked and often times avoided.

One of the biggest and most difficult to overcome factors when prospecting is the fear of rejection, one of the most common fears held among people. Why ? Because people simply do not want to be rejected by other people.

Another reason why prospecting is often considered a dirty word in sales is the time it takes away from other more enjoyable sales tasks, like networking, closing deals, improving your sales skills. And depending on how you conduct your prospecting, it can also be expensive to prospect.

Decide to Improve on the Inside

The first method of improvement is to decide to get better. This may seem a bit pedestrian but without first deciding to improve, you will never do what it takes to improve.

The first step to improving your prospecting is to change the way you view prospecting. If you see prospecting as a horrible way to spend an afternoon, your prospecting results will likely be poor at best. If you instead viewed prospecting as a vehicle to build your sales funnel, a way to increase your professional network or a great way to add some zeros to your bank account; your attitude and approach to prospecting will certainly change.

Don’t think about what you don’t like while prospecting, think about the new business you will get by giving useful information to other business people you get on the phone. So, if you shifted your focus away from what you dislike about the task and towards what you do like, your enthusiasm and attitude are certain to change.

To succeed with Prospecting you must first succeed finding leads

Prospecting is the first step in the sales cycle. But that doesn’t mean that the first thing you should do is grab the yellow pages and start dialling. A little pre-prospecting work will help you come up with leads that are actually compatible with your product or service. Therefore finding leads become the basic building block of sales, and it helps to have at least two or three major lead sources. This is very important because if you can’t find anyone to sell to, you’re not going to make many sales!

Identify Mr. Prospect

The first step in finding the ideal prospect is defining who that mythical person might be – all you need to do is sit down with a pen and a piece of paper and write down a list of those desirable qualities.

Choose a Strategy

Let’s say you’ve done the above exercise and determined that your ideal client is married, in his mid-thirties, has an annual income of $100,000 or more, owns his own home, and has an executive-level job. Now you can start thinking about where you would find such a person. The usual rule with lead generation, as with most aspects of sales, is that you either need to invest lots of time or lots of money to do it well.

Investing Time

If you decide to invest time in getting leads, that means research. For the above example of the perfect prospect, you can start by identifying the most affluent neighbourhoods in your area. Then you can prepare a sales letter and mail or hand-deliver it to those locations. Or you can simply try going door-to-door. If online sales are your forte, you can identify websites where your prospects might hang out, like the local homeowner’s association website, and buy ad space or post your information on the site. Another option is to become a member of organizations where your prospects can be found… local churches, chambers of commerce, the yacht club, the high-priced gym, etc. That gives you the opportunity to meet and greet prospects in an informal setting. Just be careful not to get too pushy or your tactics will backfire.

Investing Money

If you’d prefer to invest money to find leads, you can buy existing lead lists. Be careful to work with a reputable list broker, such as Register of Enterprises – otherwise you may find you’ve just wasted your money. You can also try buying leads directly from the source, such as a magazine that your prospects are likely to read. Finally, you can buy ad space in those magazines to get prospects to come to you.

Getting good leads is one crucial step to making your prospecting more efficient. If you’re cold calling a lead list where 50% of the leads are not qualified for your product, you’ve just wasted half your time. Find a better source of leads, be it through networking, buying a list from a lead broker, or doing some serious research on your own.

You have the leads, you improved your inside view of prospecting, now: ACTION

Once you have your list in front of you, you’ve got to have something valuable to say to them in order to move those leads on to the next stage of the sales cycle. At this point, you don’t need to sell them on your product – that will come later. For now, you need to sell your prospects on the value of talking with you at greater length. Your goal while prospecting is to sell the appointment, and to do that you need the same kind of tools you’ll use to sell your product – a good offer, some benefits to tempt the prospect, and the skills to present them in a way that will intrigue your prospects.

The other common prospecting mistake is giving up too quickly. Most prospects will require several contacts before they’ll agree to an appointment. Alternating your contact attempts (a phone call followed by an email or vice versa) keeps the prospect from getting annoyed by your persistence, yet gives you additional opportunities to nail down that appointment.

Very important: Make Prospecting a Daily Ritual

The best prospectors in the sales industry make a point of including some form of prospecting into every one of their business days. Even 1 hour of prospecting during a business day is better than skipping it all together. Since you’ve already decided to improve with prospecting, actually doing it everyday makes a lot of sense.

What are the 5 Myths of Sales Prospecting

Myth #1: Prospecting is sales.

This is the number one mistake made by small business owners and sales reps. Prospecting is a separate function from sales. Just as marketing is distinct from sales but closely linked.

Prospecting is simply discarding all the unqualified leads and retaining the “gold”. The job of prospecting is to find qualified leads that may buy your product. Only after this process is complete, should the selling begin.

Myth #2: Prospecting is a numbers game.

The old school of prospecting for business relies on contacting large numbers of cold contacts. However, quality supersedes quantity. You must find prospects that have a propensity and possible motive to buy your product or services.

Myth #3: Scripts are for kids.

Many sales people insist on prospecting without any script. Scripting provides the framework of a successful prospecting campaign. It allows you to test what key benefits and qualifying questions work. The script must be personalized by the individual so the presentation does not sound “canned”.

Myth #4: Prospecting takes time.

Prospecting takes only a few minutes to determine if the lead wants your benefits and can afford your company’s product or service. Don’t waste time on people unmotivated or unable to buy. Remember to focus on the “gold”.

Myth #5: Close them on the appointment.

Far too many sales reps focus on setting the appointment. “Would Friday morning or afternoon, be better for you?” Next week only 20% of appointments show. What went wrong?

Prospects will sometimes find it easier to agree to an appointment rather than saying they are not interested. If a prospect is remotely interested, then offer a much subtler approach…send them an information package. This allows you to build interest and turn the lead from warm to hot.

Sales prospecting done right can have a huge impact on your sales revenue. It doesn’t take an armour suit and great courage to deal with the fear of rejection during prospecting. Just keep an open mind to challenge the old school of sales and the myths of prospecting.

If you want more information about this subject, or want me to help you prepare a Prospection Strategy for your product/service, please feel free to contact me.

 

Alma MUSHI

Coach d’Affaires

+1 515 893 0514

Grand Montréal, Québec

www.almamushicoach.com

Alma Conseil, Votre coach sur Internet.

Votre coach sur Internet.

Alma Conseil est avec vous partout, Grace au programme

« SKYPE SANS LIMITE ! »

Vous êtes pressé et n’avez pas le temps de vous déplacer ?

Utilisez notre programme de coaching à distance en utilisant Skype, la meilleure solution pour vous permettre de poursuivre votre progression et atteindre vos objectifs.

Le coaching à distance repose sur les mêmes compétences, outils et processus que le coaching traditionnel.

Il offre une réelle facilité d’accès à la consultation et une qualité d’échange

garantie par un code de déontologie méticuleux.

Avantages :

  1. Totalement sécuritaire et confidentiel ;
  2. Aucun déplacement; donc économisez temps et d’argent et réduisez votre stress ;
  3. Gains de temps considérable ;
  4. Rend accessible à tous à moindre coût un coaching extra-professionnel de haut calibre ;
  5. Permet un contact face à face malgré la distance ;
  6. Plus facile de placer vos coaching à travers vos diverses obligations personnelles et professionnelles ;
  7. Idéal pour ceux qui habitent en région, ailleurs au Canada ou aux États-Unis ;
  8. Parfait en cas de mauvaise météo ;
  9. Permet de garder le focus plus longtemps qu’au téléphone ;
  10. Choisissez de suivre votre coaching à votre endroit préféré.

Avec ce programme vous réduisez et contrôlez  les causes externes qui peuvent vous empêcher de passer à l’action pour atteindre votre Objectif !

Contactez-nous au 514-893-0514

ou par courriel à alm @ almaconseil.ca

pour manifester votre intérêt à débuter votre programme et afin de convenir de disponibilités communes avec votre coach.

La durée des entretiens est d’une heure. Les rendez-vous sont fixés à la fin de chaque entretien ou programmés sur une plus longue période si nécessaire. Notre tarif est de 100$ / heure, ce qui représente une économie substantielle de près de 30% sur nos coaching réguliers. Il est également possible d’acheter une banque d’heures entre 5 et 10 heures de coaching que vous pouvez ensuite utiliser à votre guise ou selon les recommandations de votre coach.

Passez à l’action… et soyez un meilleur gestionnaire!

Alma MUSHI

Coach d’Affaires

+1 515 893 0514

Grand Montréal, Québec

www.almaconseil.ca

Nagios dans les bonnes mains avec Nano IT & TI inc.

M. Joaquim J. Liso V.P. / Directeur de operération chez Nano IT & TI inc

Présentation

Successeur de NetSaint, Nagios est certainement le logiciel libre le plus connu dans le milieu de la supervision réseau. Appréciée des entreprises ainsi que des particuliers, cette application possède une très grande communauté qui participent activement au développement.
L’architecture logicielle est modulaire comme chez ses concurrents :

  • Le moteur qui gère l’ordonancement de la supervision, écrit en C
  • L’interface Web réalisé à l’aide des CGI
  • Des greffons, ou plugins qui étendent les possibilités de Nagios (Plus de 1200 plugins existants sur nagiosexchange.org)

Il existe notamment des plugins Nagios nommée NRPE et NCSA qui fonctionnent un peu sur le même principe que ceux de Zabbix. NRPE est un agent esclave qui attend les ordre du moteur Nagios (polling) et NCSA envoi de lui même les données (trapping).
L’interface est divisée en trois :

  • Partie monitoring, qui permet plusieurs vues : vue globale, vue précise, vue de la carte du réseau, vue des problèmes, … même une vue “3D”.
  • Partie reporting regroupant les tendances des statistiques, les alertes et évènements ainsi qu’un rapport de disponibilités des services.
  • Partie configuration classique permettant de tout configurer.

Avantages

  • Reconnu auprès des entreprises, grande communauté
  • Plétore de plugins qui permettent d’étendre les possibilités (agents comme zabbix, reporting amélioré, etc…)
  • Une solution complète permettant le reporting, la gestion de panne et d’alarmes, gestion utilisateurs, ainsi que la cartographie du réseaux
  • Beaucoup de documentations sur le web
  • Performances du moteur

Inconvénients

  • Interface non ergonomique et peu intuitive
  • Configuration fastidieuse via beaucoup de fichiers
  • Pour avoir toute les fonctionnalités il faut installer des plugins, de base c’est assez limité

Joaquim J. Liso

VP & CEM

+1 514 612 1444

www.nanoit.ca

Réussir sa prise de parole en public – Alma Mushi

Il y a quelques jours je parlais avec un entrepreneur durant un événement de réseautage. Il était dynamique, positif, orienté business et savais ce qu’il voulait : devenir team leader et gérer des équipes de ventes. Mais là, il y avait un défi à affronter : la prise de parole en public !

- «Parler face à face avec 2-3 personnes je n’ai aucun problème, mais alors, si je suis devant une salle avec plusieurs personnes qui attendent mon discours, je ne sais pas sortir un mot de la bouche» !

Réaliser des prises de parole efficaces et brillantes, implique une bonne gestion du stress et une grande confiance en soi. Dans mon service de coaching d’affaires, la prise de la parole en public fait partie du programme de communication. Voici un extrait de ce programme avec les cinq premiers conseils qui vous aideront à réussir, si vous vous entrainez à leur maitrise.

Règle n°1 : Ne pas improviser

Une préparation très soignée de son intervention est la base d’une présentation réussie. Ainsi vous pouvez réduire considérablement son trac en amont et affronter d’éventuelles objections dans le calme. Dans aucun cas vous ne pouvez sauter la case “préparation”, en se disant que vous maîtrisez bien le sujet, ou qu’une présentation moins formelle sera plus sympathique… Il faut garder en tête que même ce qui peut paraître improvisé chez les grands orateurs ne l’est pas ! Pas question de se dire que l’on peut toujours sauter un passage, détailler un exemple à la dernière minute. C’est le meilleur moyen de perdre votre fil, de tomber dans des approximations, ce que votre auditoire ressent immédiatement.

Règle n°2 : Opter pour un discours à la “Columbo”

Le public va découvrir, comprendre, puis adhérer aux idées. La structure d’une présentation orale est donc bien spécifique. Pour être efficace il faut annoncer tout de suite votre “idée force”, c’est-à-dire votre message-clé, le sens profond de votre intervention. Ceci correspond à la technique de Columbo, où le plus intéressant réside dans sa façon de résoudre une énigme connue dès le départ par le spectateur.

Pensez ensuite à donner le fil rouge de votre présentation, avec vos 3 grandes parties qui sont les arguments principaux de votre idée-force. Vous pouvez alors entrer dans votre présentation, le public est à l’écoute et sait où vous voulez en venir.

N’oubliez pas que la conclusion doit être le point culminant de votre présentation, et non pas une chute. Incitez à l’action, imaginez une formule choc et surtout pas un ‘je crois que je vous ai tout dit, voilà…’

Règle n°3 : Rendre son intervention parlante

Pour éviter que votre discours soit ennuyeux il faut lui donner vie en utilisant des exemples, des images, et de l’humeur. Ce sont des concentrés de vitamines : ils viennent compléter l’idée en la reformulant sur un autre registre.

N’oubliez pas aussi de puiser ses arguments dans 3 registres différents : le registre de la Tête, le rationnel ou le conceptuel ; le registre du Cœur, l’émotionnel qui fait appel aux valeurs, aux attentes, aux intérêts ; et le registre du Corps, celui du factuel, du pragmatique, de l’opérationnel. Couvrir ces trois niveaux permet de toucher tout le monde. J’expose le fond, je ressens et j’agis.

Règle n°4 : Eprouver son discours

Une fois que votre discours est clair sur le papier il va falloir éprouver votre présentation. Entraînez-vous en prononçant le discours, comme les hommes politiques et les professionnels de la communication.

La répétition, c’est votre brouillon à l’oral : accordez une attention particulière aux passages délicats ou stratégiques comme l’introduction et la conclusion et changez si ça coince. Vous entraîner fera émerger ce sentiment d’être content de vous, ce qui va vous enhardir. Et cela viendra compenser votre appréhension.

Règle n°5 : Maîtriser son trac

Le trac est un dopant naturel qui va vous survolter au moment de prendre la parole mais est aussi votre meilleur allié. Faites quelques exercices en coulisses pour bénéficier du bon trac, et non de l’angoisse paralysante.

Premier réflexe à combattre : le fait de se mettre en apnée. Inspirer profondément par une narine et expirez par l’autre narine est un exercice qui permet de bien oxygéner votre cerveau. Pensez aussi à la respiration abdominale : gonflez votre ventre en inspirant, en mettant une main. Cela vous permet de vous relâcher. Faites également quelques mouvements de relaxation de vos mâchoires (bâillements), avec votre tête et buvez un verre d’eau pour éviter un couac en début de présentation. Et quand vous entrez sur scène, prenez deux secondes de silence avant de commencer. Pensez à votre check-list : respiration, relâchement, regard sur le public… . Et surtout soyez confiant : le trac se dissipe avec l’action. Lancez-vous.

Si vous avez des questions ou voulez plus d’informations sur la communication verbale, n’hésitez pas me contacter.

Vous souhaitez développer votre communication et la confiance en vous pour parler en publique ?

Je vous accompagne !

Alma MUSHI

Coach d’Affaires

+1 515 893 0514

Grand Montréal, Québec

www.almamushi.com

NANO IT & TI, la meilleure agence web à Laval et Montréal

Comment choisir la bonne agence web à Laval ou Montréal ?

5 conseils pour choisir une bonne agence web

Votre agence web est votre conseiller marketing qui devra savoir vous aider créer et grandir l’image de votre entreprise. Si vous choisissez une bonne agence web, votre image sera à la hauteur de vos attentes et votre relation sera un vrai partenariat. Si vous choisissez une mauvaise agence web, votre image risque de ne pas vous présenter, et quand vous serez conscient de cela il y a des fortes chances que la relation aussi soit mauvaise. De plus, une bonne agence web doit être joignable facilement pour résoudre vos problèmes efficacement, pour qu’enfin elle fasse partie du succès de votre entreprise à travers le site web qu’elle aura conçu pour vous et selon vos besoins.

Pour vous donner une meilleure idée, voici quelques conseils de base pour choisir votre agence web.

1. Choisissez une agence qui fournit aussi le service d’hébergement. Il est évidemment plus facile de faire affaires avec une agence qui offre clés en main, hébergement, nom de domaine et création de site internet. Si vous faites votre site par une agence web et l’héberger ailleurs, au cas de problèmes vos prestataires risquent de jeter la balle d’un camp à l’autre ! Par contre si tout est gérer par la même équipe, vos chances sont assez élevé d’avoir votre personne de contact privilégié qui vous connait vous, votre business, et bien sur le travail qui a été fait pour vous. C’est comme votre médecin de famille que chacun préfère appeler pour tous les « bobos ».

2. Choisissez une agence dont le service à la clientèle et le support téléphonique sont reconnus. La possibilité d’appeler votre agence de création de site même durant les heures hors bureau est essentielle pour votre entreprise. Les problèmes techniques ne connaissent pas le 9 à 5.

3. Choisissez une agence qui peut vous fournir des services qui se complètent et qui peuvent vous être utiles pour l’amélioration de votre site internet : l’achat d’images, la mise en place d’un blog, l’ajout d’une boutique en ligne sur votre site, l’ajout de vidéos, …

4. Choisissez une agence qui offre un bon rapport qualité-prix. Une agence qui vous offre un prix dérisoire par rapport aux autres agences web vous offrira certainement des outils qu’elle aura trouvé gratuitement sur le web et dont le support technique est défaillant.

5. Choisissez une agence web qui pourra aussi travailler la sécurité de votre site internet, pour qu’il ne soit pas pirater. Ce n’est pas bien, ni pour votre image, ni pour votre bonne fonctionnement de voir publier sur votre site internet des photos ou des textes d’autres personnes,  pour ne pas parler du vol d’information.

Si vous souhaitez plus d’information, un audit de votre site internet, ou tout simplement être au courant de nos nouvelles, contactez nous dès maintenant. L’équipe de Nano TI, agence web située à Laval est à votre disposition.

 

Joaquim J. Liso

VP & CEM

 

NANO IT & TI inc

+1 514 612 1444

www.nanoit.ca

Réussir sa prise de parole en public

blog pict

Il y a quelques jours je parlais avec un entrepreneur durant un événement de réseautage. Il était dynamique, positif, orienté business et savais ce qu’il voulait : devenir team leader et gérer des équipes de ventes. Mais là, il y avait un défi à affronter : la prise de parole en public !

- «Parler face à face avec 2-3 personnes je n’ai aucun problème, mais alors, si je suis devant une salle avec plusieurs personnes qui attendent mon discours, je ne sais pas sortir un mot de la bouche» !

Réaliser des prises de parole efficaces et brillantes, implique une bonne gestion du stress et une grande confiance en soi. Dans mon service de coaching d’affaires, la prise de la parole en public fait partie du programme de communication. Voici un extrait de ce programme avec les cinq premiers conseils qui vous aideront à réussir, si vous vous entrainez à leur maitrise.

Règle n°1 : Ne pas improviser

Une préparation très soignée de son intervention est la base d’une présentation réussie. Ainsi vous pouvez réduire considérablement son trac en amont et affronter d’éventuelles objections dans le calme. Dans aucun cas vous ne pouvez sauter la case “préparation”, en se disant que vous maîtrisez bien le sujet, ou qu’une présentation moins formelle sera plus sympathique… Il faut garder en tête que même ce qui peut paraître improvisé chez les grands orateurs ne l’est pas ! Pas question de se dire que l’on peut toujours sauter un passage, détailler un exemple à la dernière minute. C’est le meilleur moyen de perdre votre fil, de tomber dans des approximations, ce que votre auditoire ressent immédiatement.

Règle n°2 : Opter pour un discours à la “Columbo”

Le public va découvrir, comprendre, puis adhérer aux idées. La structure d’une présentation orale est donc bien spécifique. Pour être efficace il faut annoncer tout de suite votre “idée force”, c’est-à-dire votre message-clé, le sens profond de votre intervention. Ceci correspond à la technique de Columbo, où le plus intéressant réside dans sa façon de résoudre une énigme connue dès le départ par le spectateur.

Pensez ensuite à donner le fil rouge de votre présentation, avec vos 3 grandes parties qui sont les arguments principaux de votre idée-force. Vous pouvez alors entrer dans votre présentation, le public est à l’écoute et sait où vous voulez en venir.

N’oubliez pas que la conclusion doit être le point culminant de votre présentation, et non pas une chute. Incitez à l’action, imaginez une formule choc et surtout pas un ‘je crois que je vous ai tout dit, voilà…’

Règle n°3 : Rendre son intervention parlante

Pour éviter que votre discours soit ennuyeux il faut lui donner vie en utilisant des exemples, des images, et de l’humeur. Ce sont des concentrés de vitamines : ils viennent compléter l’idée en la reformulant sur un autre registre.

N’oubliez pas aussi de puiser ses arguments dans 3 registres différents : le registre de la Tête, le rationnel ou le conceptuel ; le registre du Cœur, l’émotionnel qui fait appel aux valeurs, aux attentes, aux intérêts ; et le registre du Corps, celui du factuel, du pragmatique, de l’opérationnel. Couvrir ces trois niveaux permet de toucher tout le monde. J’expose le fond, je ressens et j’agis.

Règle n°4 : Eprouver son discours

Une fois que votre discours est clair sur le papier il va falloir éprouver votre présentation. Entraînez-vous en prononçant le discours, comme les hommes politiques et les professionnels de la communication.

La répétition, c’est votre brouillon à l’oral : accordez une attention particulière aux passages délicats ou stratégiques comme l’introduction et la conclusion et changez si ça coince. Vous entraîner fera émerger ce sentiment d’être content de vous, ce qui va vous enhardir. Et cela viendra compenser votre appréhension.

Règle n°5 : Maîtriser son trac

Le trac est un dopant naturel qui va vous survolter au moment de prendre la parole mais est aussi votre meilleur allié. Faites quelques exercices en coulisses pour bénéficier du bon trac, et non de l’angoisse paralysante.

Premier réflexe à combattre : le fait de se mettre en apnée. Inspirer profondément par une narine et expirez par l’autre narine est un exercice qui permet de bien oxygéner votre cerveau. Pensez aussi à la respiration abdominale : gonflez votre ventre en inspirant, en mettant une main. Cela vous permet de vous relâcher. Faites également quelques mouvements de relaxation de vos mâchoires (bâillements), avec votre tête et buvez un verre d’eau pour éviter un couac en début de présentation. Et quand vous entrez sur scène, prenez deux secondes de silence avant de commencer. Pensez à votre check-list : respiration, relâchement, regard sur le public… . Et surtout soyez confiant : le trac se dissipe avec l’action. Lancez-vous.

Si vous avez des questions ou voulez plus d’informations sur la communication verbale, n’hésitez pas me contacter.

Vous souhaitez développer votre communication et la confiance en vous pour parler en publique ?

Je vous accompagne !

Alma MUSHI

Coach d’Affaires

www.almamushi.com

+1 515 893 0514

Grand Montréal, Québec

Méfiez vous des disques durs, susceptibles de sauver la vie de votre entreprise

Au sein d’une entreprise, les données informatiques constituent une véritable clé de voûte et personne dira le contraire. Cependant, qu’il s’agisse d’une petite, d’une moyenne ou d’une grande entreprise, selon Kaspersky Lab, il est communément admis que les entreprises sont bien souvent mal protégées et plus d’une entreprise sur trois a déjà perdu des données informatiques (sensibles ou non) à cause d’une malware. Egalement, une entreprise sur cinq a subi des attaques menées via les emails, ce mode opératoire bien connu reste toujours efficace. Aussi, 17% des entreprises ont perdu des informations suite à une action de Phishing. Pour rappel, cette technique consiste à copier une interface connue de l’utilisateur pour le tromper en lui demandant des informations clés (code, mot de passe, identifiant, etc. Dans des situations pareils il est important de rappeler que l’installation

d’un antivirus pour entreprise peut grandement empêcher ces agissements pénalisants.309-istock-000008756145xsmall-s-

 

Mais qu’est-ce qui se passe quand la perte de données est causée par l’erreur humaine mixée avec le disfonctionnement d’un logiciel ou d’un ordinateur ?

Encore aujourd’hui je rencontre des gens d’affaires qui souscrivent à un abonnement de sauvegarde de données en ligne après une intervention de récupération de données stockées dans leurs disques durs. Pour être honnête, pendant les cinq premières années de mon entreprise, notre service de sauvegarde était basé sur des solutions locales.

Le client était content de payer une fois son système de sauvegarde et tous les deux partie avions l’esprit tranquille, jusqu’au moment où on constatait que :

 

  1. la personne responsable avait oublié de changer le disque ;
  2. les données stockée sur le disque étaient illisibles malgré le manque de signes extérieures qui pouvaient montrer la défaillance ;
  3. le disque s’abimait pendant l’utilisation ;

 

pour ne pas citer les 6 cas de vol par infraction chez des entreprises clientes à moi et 2 cas d’incendies accidentelles.

 

En me référant à nouveau à Kaspersky Lab, dans 15% des cas, la perte de données peut aussi être liée au vol de terminaux mobiles (téléphone, tablette, ordinateur).

 

Des situations pareilles peuvent arriver à tout le monde et ne sont agréables ni pour le client, ni pour le prestataire de service. C’est pourquoi depuis 8 ans je me suis dirigé vers la solution de sauvegarde en ligne, que d’après les statistiques constitue toujours la meilleure protection au niveau mondial car garantie toujours plus de stabilité, sécurité, confort et d’économie.

 

Les statistiques à l’appui

En 2011, Digital Universe d’IDC rapportait une production mondiale de 2 Zettaoctets (Zo) de données numériques avec une croissance annuelle de 67% pour les grandes firmes et 178% pour les PME. Et dans son rapport « Comprendre la complexité de la sécurité dans les environnements informatiques du 21ème siècle », Ponemon Institute fait état de 70% de pertes de données à cause de négligence ou d’accident dans les entreprises françaises tandis que les spécialistes en informatique de Symantec State of Information Survey confirment qu’en moyenne, la duplication ne concerne que 42% des données. Pour toutes les sociétés, la sauvegarde et la protection des informations sont devenues des opérations vitales pour prévenir la perte de données, signifiant arrêt des fonctions opérationnelles, perte de clients, mauvaise image de la marque, baisse de productivité et restauration coûteuse des données.

Quel est votre projet de sauvegarde de données informatique ?

m15kYYjz-backup-sauvegarde-s-

Avant d’opter pour un système de sauvegarde informatique, il vaut mieux établir une liste des besoins et enquêter sur les fondamentaux des principaux dispositifs de sauvegarde sur bande, sur disque ou en ligne. Après ces étapes, vous pourrez opter pour une sauvegarde complète, différentielle ou incrémentielle avec, de préférence, l’intervention d’un spécialiste en infogérance et sauvegarde pour assurer le suivi et la sécurité des opérations.

 

Pour ma part, je suis convaincu que la sauvegarde en ligne représente plusieurs atouts, entre autres la sécurité, la redondance, la facilité d’accès aux données, la prise en charge des postes nomades et la diminution des coûts et de l’impact environnemental.

 

De plus, notre solution de sauvegarde en ligne automatiques permet d’offrir ce service non seulement sur PC, mais aussi sur Windows, Linux, Unix, Mac, Smartphone, et surtout sur tous les portables, très avantageux pour les entreprises avec des employés nomades qui sont rarement au bureau.

 

Bien protéger ses données c’est assurer une certaine sécurité globale. Sachant qu’un Chef d’Entreprise averti en vaut deux, je trouvais important de partager ces informations avec vous.

 

*****

Avez-vous aimé cet article ? Pour lire mes publications en web marketing, sécurité informatique, leadership, et tech trends, cliquer le button ‘follow’ au dessus de cette page.

Pour plus d’information sur les sujets que j’explique ou si vous souhaitez connaitre plus mon entreprise, Follow Nano TI sur Linkedin.

Joaquim J. Liso

VP & CEM

NANO IT & TI inc.

www.nanoit.ca

Les vrais Attaques de Virus qui sont aussi les pires arnaques de l’Internet

“ceci n’est pas une fiction”

Le choque et la peur vous envahis lorsque vous lisez sur votre écran « LE FBI, ou LA CIA ou encore Inter POL vous a tracé sur Internet » et vous demande de vous identifier par vos informations personnelles et bancaires, et de plus payer immédiatement une « AMMANDE » de 100 $ ou 250 € ! Le simple commun des mortels, et parfois même des personnes avec une certaine connaissance générale sur les arnaques qui circulent tous les jours sur Internet, sont presque paralysés par la peur, n’arrivent plus à réfléchir si c’est vrai ou pas, mais essaient de comprendre ce qu’ils ont pu faire de mal ! Selon le département d’INTERPOL en France « Cooperation Against Cybercrime », entre 10 à 25 % des utilisateurs passent à l’acte, soit entre 50 à 60 Milliards de Dollards tous les ans, rappelez-vous de cette somme !

Ceci dit que ce piège est grossier mais toujours efficace. Au Canada vous avez ce message « Computer blocked by Canadian Association of Chiefs of Police Interpol Virus-How to Remove ».

Dans les exemples de capture d’écran ci-dessous vous pouvez voir ces messages adaptés aux pays suivants : France, Belgique, Espagne et Canada.

Comment cela pourrait vous arriver ? Un de mes meilleurs clients, chef d’entreprise d’une agence de taxi, m’a appelé un dimanche début Juin pour me dire que son ordinateur privé ne s’allumait plus !

Ma question était très simple : qu’avais vous fait pour la dernière fois qu’il était allumé. Et alors il m’explique qu’après le diner de la veille il l’avait allumé pour relire un nouveau contrat et dans son écran apparaissait le message de l’Interpol. Bien sûr que cela l’avait fortement étonné et fait peur, mais ayant la conscience tranquille, soupçonnant un virus il a tout simplement éteint l’ordinateur pensant de m’appeler le lendemain. Et après ça, il n’a plus réussie de le rallumer. Personnellement je connaissais l’existence de ce type de virus-arnaques, mais je ne pensais pas que je serais confronté un jour. Je lui ai demandé de ramener l’ordinateur au bureau lundi et au même temps j’ai commencé faire des recherches plus approfondies sur ce type de virus. Et c’est là que j’ai appris le danger pour l’utilisateur et l’ampleur économique que cela représente au niveau mondial. Ayant fait des récupérations de données depuis mes premières expériences, j’ai pris les mesures nécessaires pour garantir 80 % la récupération des données, avant d’avoir son ordinateur. Par contre, la récupération de l’ordinateur je l’ai garantie à 50 %. En utilisant « ACRONIS, ERD, Ontrack Easy Recovery, … » après presque 30 heures de travail intensif, j’ai pu récupérer la totalité des données, l’ordinateur et tout réinstaller. J’ai même profité de cette intervention pour augmenter les ressources internes de la machine.

Cette expérience m’a poussé à partager l’information pour les gens d’affaires qui malheureusement pourraient se confronter un jour. En conclusion, que faire quand cela arrive ?

Sachez bien que si un jour cela vous arrive, d’abord il ne faut ni vous identifier, ni payer quoi que se soit MAIS votre machine est trop contaminée et il y a des risques de ne plus être récupérable. Souvent, dés que vous allez la redémarrer c’est fini, elle ne s’allumera plus. Cependant vos données comme documents, tableurs, base de données, courriels, contacts, agendas, se trouvent toujours dans votre ordinateur, et je conseille de confier la tache seulement à un expert en récupération de données car dans un cas pareil on n’a pas droit à l’erreur, surtout si vous avez manqué de sauvegarder vos données. La personne qui s’engage de récupérer vos données et si possible votre ordinateur, doit avoir une très grande maitrise des outils de transfert et lecture en dehors du system d’exploitation et savoir résister aux stress.

Restez connecté avec moi pour un autre sujet sensible dans le domaine de la sécurité informatique que je publierai bientôt : Les faux Antivirus.

*****

Avez-vous aimé cet article ? Pour lire mes publications en web marketing, sécurité informatique, leadership, et tech trends, cliquer le button ‘follow’ au dessus de cette page.

Pour plus d’information sur les sujets que j’explique ou si vous souhaitez connaitre plus mon entreprise, Follow Nano TI sur Linkedin.

Joaquim J. Liso
VP & CEM
NANO IT & TI inc.
http://www.nanoit.ca

Agence Web à Laval

Création de site internet : bien choisir son agence web

Dans la jungle des prestataires Web, il est difficile de s’y retrouver. Tarifs et qualité de prestations font parfois le grand écart.

L’agence ou le développeur sélectionné doit proposer plusieurs compétences essentielles pour assurer le développement et la vie du site :

sécurité des données
optimisation au référencement/seo
liaison avec les réseaux sociaux
évolution vers les applications  mobiles
disponibilité et patience
…/..

Avec un indépendant, il vous faudra trouver celui qui puisse intervenir dans les différentes matières, ce qui est très difficile.

Dans une agence web, vous aurez un spécialiste pour chaque discipline, vous obtiendrez sans doute une plus grande disponibilité et le tarif sera environ le même que celui proposé par un indépendant.

Quels sont les critères de bases qui permettront de choisir le bon partenaire en développement web ?

Selon Nano TI & IT, agence web à Laval, il faut savoir écouter, conseiller et proposer selon les besoins du client. Ainsi comprendre non seulement le désir de son client, mais également son besoin est primordial. Il faut également anticiper sur des évolutions futurs et savoir proposer des alternatives lorsque le cout du projet dépasse le budget …

Il parfois nécessaire de faire un choix entre le design et l’efficacité du site en termes d’ergonomie mais surtout dans le but d’optimiser son référencement.

C’est au créateur du site d’expliquer cela au client et  l’impact de ces choix pour que le client puisse choisir en connaissance de cause.

En conclusion, votre développeur doit analyser votre besoin et vous proposer une solution adaptée.

Alma Mushi

Présidente
www.agenceweblaval.com

Comment trouve un partenaire TI fiable et de confiance

NANO IT & TI inc.

 

Comment choisir vous votre partenaire TI

Opter pour la solution qui répondra le mieux à vos attentes, comprendre et faire les bonnes mises à jour de logiciels, adapter votre solution aux besoins évolutifs de votre entreprise, tirer profit au maximum de votre investissement … il n’est pas toujours facile d’être convaincus de prendre les bonnes décisions. Faire appel à un partenaire fiable devient très vite une nécessité. Mais parmi toutes les offres présentes sur le marché, attention  à faire le bon choix.

Tous n’ont pas les mêmes compétences et tous ne répondront pas efficacement à vos exigences. Alors quand vient le moment de choisir votre partenaire informatique, en plus de savoir ce que comporte la prestation, vous devez vous poser les bonnes questions.

1. Les compétences de votre futur partenaire s’alignent-elles avec les besoins de  votre entreprise?

Nombreux sont les prestataires informatiques à vous faire des éloges sur leurs compétences, mais, sans pour autant douter de la véracité de leurs propos, ont-ils une réelle connaissance de votre système? Votre futur partenaire dispose-t-il d’une réelle expérience dans votre secteur d’activité? S’assurer de ces compétences, c’est vous assurer de faire appel à un expert dans votre domaine, qui saura cerner vos besoins et vous proposer des solutions adaptées aux spécificités de votre industrie.

2. Avez-vous confiance dans votre nouveau partenaire informatique?

S’engager auprès d’un partenaire de confiance qui comprend les besoins spécifiques de votre industrie est la clé du succès. L’expérience, la capacité d’écoute et le grand sens du client de votre partenaire vous garantiront de travailler main dans la main vers la réussite de votre projet. Alors, n’hésitez pas à mener votre enquête!

3. Les solutions proposées vous permettront-elles de relever vos défis?

Vous proposer une solution répondant à vos besoins actuels ne suffit pas, a fortiori s’il s’agit d’une solution clé en main. Bien au-delà, votre partenaire doit  prendre en compte l’évolution des services ou logiciels et s’assurer que la solution proposée sera parfaitement conforme à vos objectifs. Cette solution doit également vous permettre de rationnaliser vos processus d’affaires et d’augmenter votre performance. Pour tirer au maximum profit de votre investissement, des solutions innovantes basées sur les technologies, vous seront d’une aide précieuse pour relever ces défis. Dans la large gamme de produits et des solutions qui lui sont intégrées, l’une d’elles vous conviendra forcément.

4. Quel rôle voulez-vous attribuer à votre nouveau partenaire?

Quel type de client êtes-vous? La question est capitale. Certaines entreprises vont chercher à déléguer leurs projets informatiques, d’autres au contraire vont souhaiter participer activement et se former, diminuant ainsi leurs coûts … Parce que chacune d’entre elles a des besoins spécifiques, les solutions clés en main sont vouées à l’échec. C’est donc à vous de définir quel rôle vous voulez attribuer à votre partenaire et de vous assurer qu’il sera capable de mener à bien cette mission. Celui-ci doit en effet avoir la capacité de s’adapter aux exigences de sa clientèle, tout en préservant des conseils pertinents et un très haut standard de qualité.

5. Pourquoi choisir un partenaire de niveau Gold plutôt qu’un autre?

Choisir un partenaire TI, c’est l’assurance d’un partenaire reconnu par ses pairs pour son savoir-faire et son expertise. Choisir nano IT & TI, c’est l’assurance du plus haut-niveau de spécialisation et d’engagement autour d’une solution nano IT & TI. En effet, avec un partenaire certifié, vous savez qu’ils se sont engagés et formés auprès de Microsoft, que ces partenaires ont été testés sur leur niveau de compétences, leur qualité de travail et leurs connaissances en matière de mise en œuvre ou de développement de solutions Microsoft Dynamics.

Mais attention. Une fois que vous aurez choisi la solution et le partenaire répondant le mieux à vos besoins, le challenge n’est pas terminé, loin de là! C’est justement à ce moment précis qu’il vous faut entretenir un lien étroit avec votre partenaire. Obtenir des formations, vous tenir au courant des dernières technologies ou mises-à-jour de produits, vous devez être clairs et définir vos attentes. Et si venait le temps où vous ne seriez pas satisfait, n’attendez surtout pas que le fossé se creuse. Dialoguez avec lui, expliquez lui vos exigences, vos changements d’organisation, faites-lui part de vos préoccupations … vous éviterez ainsi d’être déçus, profiterez pleinement de votre système et protègerez votre investissement. N’est-ce pas là exactement ce que vous cherchez?